L’arrivée de cet équipement réduira les délais d’attente des patients.

L’ARS (Agence régionale de santé) vient d’autoriser l’installation d’un scanner supplémentaire

© 2013 La Voix du Nord – L’arrivée de cet équipement réduira les délais d’attente des patients et sera financée par les radiologues dunkerquois qui souhaitent également remplacer le scanner de la clinique de Flandre.

Doté de quatre scanners et de trois IRM aujourd’hui, le Dunkerquois en comptera respectivement cinq et trois à l’horizon 2015. « En termes d’équipements lourds, Dunkerque sera au niveau d’un CHU de la taille de Limoges ou de Caen », compte Daniel Georges, représentant des radiologues dunkerquois. Au nombre de vingt, ces derniers sont regroupés en association et gèrent les équipements lourds (scanners et IRM) du Dunkerquois, que ce soit au CHD, à la PGS ou dans les cliniques privées.

Moins d’exposition aux rayons X et d’attente

Et ils investissent leurs propres deniers (750 000 € hors travaux via un crédit de 5 ans) dans un nouveau scanner à la clinique Villette, autorisation de l’Agence régionale de santé (ARS) en poche. « L’ARS vient d’autoriser le Centre d’imagerie de Dunkerque (CIMD) à acquérir et utiliser cette installation que nous réclamions car la clinique Villette n’en possède pas, confirme le Dr Daniel Georges. Après les travaux d’aménagements nécessaires, il devrait être opérationnel en mai. »

Le radiologue précise tout de suite que la stratégie d’installation des équipements se fait en bonne intelligence avec le centre hospitalier : « On va s’entendre avec le CHD pour répartir les examens et spécialiser chaque machine. » Par exemple, le nouveau scanner qu’exploitera le CIMD à la clinique Villette « sera doté des logiciels les plus performants pour la réalisation de bilans vasculaires spécialisés ou d’examens cancérologiques de diagnostic préopératoire ou de suivi. »

L’arrivée de ce nouvel équipement au printemps est une triple bonne nouvelle

Un : l’équipement réduira le temps d’attente des patients. « Il est aujourd’hui de vingt jours environ et on estime que le maximum devrait être de quinze jours maximum. »
Deux : il permettra d’autres examens. « Les scanners sont notamment utilisés pour les examens de thorax, nombreux dans le Dunkerquois en raison de l’amiante (qui représente 4 à 5 000 examens annuels en raison du suivi obligatoire) et de la morbidité particulière du territoire en matière de cancérologie (poumons et ORL notamment). De ce fait, il est difficile de pratiquer le coronoscanner pour pallier la coronographie. Ou encore le coloscanner qui permet une coloscopie virtuelle. Des examens qui sont régulièrement pratiqués ailleurs mais pas ici, à Dunkerque, en raison d’un manque de temps de disponibilité de la machine ou du médecin. Ce sera désormais rendu possible grâce à ce scanner supplémentaire. »

Remplacement du scanner Flandre

Troisième avantage du nouveau scanner : la dernière génération de scanners réduit les doses de rayons X reçues par les patients de 40 à 70 % par rapport à la précédente génération de machines. « Il y a eu tout récemment un saut technologique, ce qui nous a poussés à décider de changer le scanner de la clinique de Flandre dès cet été, si nous en avons l’autorisation. » Les radiologues du Dunkerquois anticipent le remplacement de ce scanner (technologie dernier cri, son coût est d’environ un million d’euros) qui n’aurait dû intervenir qu’au bout de cinq à sept ans. « C’est vrai que ce scanner n’est là que depuis trois ans et que nous allons un peu y perdre financièrement, un peu comme quand on rembourse un prêt immobilier par anticipation, reconnaît le Dr Georges. Mais c’est un choix stratégique médical intéressant que de réduire la dose reçue par les patients. »

© 2013 La Voix du Nord. Tous droits réservés. PAR OLIVIER TARTART www.lavoixdunord.fr
Article publié le 16.02.2013