Clinique Villette Dunkerque

Opérer de manière ciblée les cancers de la prostate par ultrasons

La clinique Villette vient d’acquérir un équipement dernier cri pour opérer de manière ciblée les cancers de la prostate sans avoir recours à la chirurgie.

La machine, qui combine échographie, IRM et ultrasons, est mutualisée avec six autres cliniques, dont Vauban à Valenciennes.

Focal One : traitement focal des tumeurs

Allongé sur le flanc, le patient de 67 ans ne sent rien. Et pourtant, l’appareil dernier cri que vient d’acquérir la clinique Villette est en train de l’opérer de son cancer de la prostate. Si tout se passe bien, il sera chez lui le soir même. Piloté par ordinateur par l’un des trois urologues de l’établissement dunkerquois, le Focal One, c’est son nom, est une machine permettant le traitement focal des tumeurs de petite taille. © 3 novembre 2015 – Benjamin Cormier – La Voix du Nord. – Tous droits réservés

Pas d’incision

« Concrètement, on cible au plus près les zones à traiter, grâce à une modélisation 3D qui combine échographie et IRM. Ensuite, grâce à une sonde endorectale, on détruit les cellules cancéreuses au millimètre près par ultrasons, qui envoient une chaleur comprise entre 80 et 95º. C’est révolutionnaire ! », s’enthousiasme le Dr Philippe Lesur, urologue, qui a connu en trente ans toutes les techniques, dont la chirurgie. Car l’un des avantages majeurs de cette nouvelle technique, non invasive, c’est-à-dire sans aucune incision, réside dans l’absence de complications habituelles, l’incontinence et l’impuissance. Le traitement dure entre 30 minutes et 2 heures et peut être réalisé sous anesthésie locale.

La clinique Villette, qui appartient au groupe MédiPôle Partenaires – comme la clinique de Flandre à Coudekerque-Branche –, a acquis l’outil de pointe il y a quelques jours. D’un coût de 1,2 million d’euros, le Focal One ne sera pas installé à demeure à Dunkerque. « Cela n’aurait pas de sens, explique Yannick Mortain, directeur de la clinique. C’est pourquoi nous le mutualisons avec six autres cliniques du groupe, dont la polyclinique Vauban de Valenciennes. » La machine, qui « voyagera » entre les établissements, sera à Villette environ six fois par an, à chaque fois pour deux ou trois jours, le temps de programmer six ou sept patients. « Il ne s’agit pas d’interventions d’urgence, explique Reda Bensid, urologue. On peut donc les prévoir assez facilement. » Ces lundi et mardi, les quatre premiers patients ont été opérés.

Des médecins formés et guidés

Développé par une entreprise française basée à Lyon, le dispositif Focal One constitue pour les chirurgiens urologues une avancée de taille. « Jamais je n’aurais pu imaginer, quand je suis arrivé ici il y a trente ans, que nous opérerions ainsi un jour, livre le Dr Philippe Lesur. Et pour le patient, surtout, c’est un confort incomparable. Imaginons quelqu’un qui travaille et qui a besoin de reprendre très vite. Avec ce système, c’est tout à fait possible, il n’y a quasiment pas de convalescence. »

Avant de pouvoir prendre en main la machine, les praticiens dunkerquois ont reçu une formation, à Lyon dans les locaux de l’entreprise, puis ils ont été accompagnés à la clinique Villette pour leurs premières interventions par un chirurgien expert ainsi qu’un ingénieur, qui, lui, sera là à chaque séance. C’est de la médecine, mais c’est aussi de l’informatique !

© 3 novembre 2015 – Benjamin Cormier – La Voix du Nord. – Tous droits réservés – www.lavoixdunord.fr

En chiffres

  • 71 000 cas de cancers de la prostate dépistés chaque année en France. C’est le cancer le plus fréquent chez l’homme, devant le cancer du poumon et celui du côlon
  • 9 000 décès dus au cancer de la prostate
  • 21 % de baisse de la mortalité depuis dix ans, grâce au dépistage
  • 1,2 million d’euros : le prix de la machine acquise par la clinique
  • 50 ans : l’âge à partir duquel un homme peut se faire dépister. Les patients à risque sont ceux qui ont des problèmes urinaires et/ou des antécédents familiaux
  • 1989 : date du lancement du projet initié à Lyon pour le traitement des cancers par ultrasons. En 2013, la technologie s’est affinée avec un ciblage au plus près des tumeurs cancéreuses
  • 3 praticiens constituent l’équipe d’urologie de la clinique Villette : Philippe Lesur, Reda Bensid et Ioannis Tsohatzis. (Benjamin Cormier)